L'edito

Chaque mois retrouvez les photos d'évènements du mois précédent et les pensées d'un-E Bazarnaomien-NE.

Ha, voilà le printemps.

vendredi, 31 mars 2017

Avril fourmille de nouveautés,
De nouveau, des bourgeons dans les arbres,
De nouveau, des oiseaux qui gazouillent dans les arbres,
De nouveau, des candidats en lice pour les élections présidentielles,
De nouveau, la confiance entamée par des affaires de sous pas claires, qui affectent ces dernières,
De nouveau, les idées vieilles de 30 ans que l'élite nous ressert à chaque échéance,
De nouveau, des attentats chez nos voisins anglais qui feront le lit des extrêmes,
De nouveau, la gouvernance par la peur qui refait surface en France,
De nouveau, la solidarité en France n'est plus une priorité,
De nouveau, le risque nucléaire est négligé,
De nouveau, il faudrait voter utile ??
Non, non, non ça suffit.

Seuls comptent l'humanité et son bonheur.
La peur n'évite pas le danger.
Votez pour une France
SOLIDAIRE !

Péa

À peine revenus sur terre,

lundi, 06 mars 2017

nous éprouvons tous le besoin de dégainer un gros merci ! à tout ceux qui ont apporté leur contribution au Bazarnaom d'Hiver 2017.

Alors que nombre d’événements disparaissent ou s'affaiblissent, il est réconfortant de constater que nôtre festival de rue en hiver réunit de plus en plus de public et de bénévoles.

De l'intérieur, sachez-le, le Bazarnaom d'Hiver est le contraire d'une souffrance ou d'une contrainte. Il s'agit d'une aventure humaine stimulante et positive qui réunit certes, des professionnels du spectacle, mais aussi des gens de tous poils venus apporter bénévolement leur soutien indispensable au bon déroulement de ce lâchage collectif.

Le ministère de la culture ne comprend rien à ce type de démarche mais les autres collectivités territoriales semblent reconnaître l'importance de ce rendez-vous, puisqu'ils ont cette année augmenté leur aide financière.

Voir des artistes ravis et fiers de se produire au Manège de la Guérinière pendant deux soirées est nôtre plus belle récompense.
Contempler l'émerveillement sur le visage des Caennais découvrant un nouvel espace de diffusion artistique est nôtre plus grande motivation.

Au diable l'austérité, vive la dérision et la légèreté.
À dans deux ans.

Manu Constant

LE MONDE EST FOUUUU !

mardi, 31 janvier 2017

LE MONDE EST FOUUUU !

Y a pas à dire, quand on se rapproche des uns des autres, quand on se rejoint sur le bord des lèvres, on peut s’envoler dans les airs… dans l’espace intersidéral de la chaleur humaine.
Et il en faut ! Des couvertures d’amour pour couvrir nos ébats, des espaces libres pour faire danser nos débats, de la folie pour rêver à demain et des envies pour se tenir à maintenant. Soyons émerveillé(E)s par notre voisin(E) : l’autre, celui/celle qu’on ne connaît pas, qui vient d’ailleurs mais de pas si loin finalement ou celui/celle qu’on connaît mal qui gravite autour de nous. Restons en orbite autour de la curiosité, de l’éveil et des sens !
Le monde ne tourne pas toujours rond quand on perd la boule. Nos idées sont parfois tordues, mais c’est en pliant les idées-reçues qu’on pourra avancer ensemble !
Allez, on arrête le pilotage automatique, on garde la station ouverte sur 92.3 fm, et on prend la navette avec tout l’équipage humain d’ici et d’ailleurs pour ce mois de février brûlant !
Dans la chair et dans le corps, avec le festival « Corps Matière » qui nous donnera de l’intime pour nous mettre en apesanteur ! Et pour s’échauffer le cœur avec le prochain Bazarnaom d’hiver 6 : " Un monde fou ! "
Prêt(E)s ? Partez… in the air !

Myriam Lotton

Hé ben mes gaillards, mes gaillardes,

lundi, 02 janvier 2017

moi, je vais vous dire, si y' a une année qu' a tenu ses promesses, c'est bien 2016, nom d'une pipe Anglaise ! Et si y' en a une qui promet de pas être piquée des hannetons, c'est bien 2017, nom d'une pipe Helvète !
Voyez un peu, en 2016 on s'est mangé du 49.3 à coups de matraques et de lacrymo ; on a soupé de la baisse de charges pour plus de riches plus riches et de la baisse d'aides sociales pour plus de pauvres plus pauvres ; on a eu de la déchéance de nationalité en hors d'œuvres ; du déni de droit d'asile en dessert et y a eu de l'état d'urgence à tous les repas !
Heureusement qu'on avait le Bazarnaom pour se réfugier, se réchauffer le cœur la tête et l'esprit. Dans nos bureaux pour faire tourner la Boutique ; au Studio 41 pour accueillir tout plein d'artistes… Hé oui, lieu d'accueil qu'on vous dit, de résidence…. Faut dire qu'on sortait d'une année d'élection présidentielle qu'a pas fait photo : notre président a été réélu à 99,9 % sur un programme d'accueil de tous les résidents sans discrimination. C'est qu'on se serre les coudes, nous !
En 2017 on commencera avec un coup de Trump. Ça vous fait de Le Pen ? Si y'en a un qui Valls, on risque quand même d'avoir le Macron mérite et le trou du Fillon en berne. À moins que... Attendez ! Hé, MAM, Poutou me tirou une bièrou s'te plou ? Jadot mots à te dire : on Montebourg et on redescend sobre… Si vous m'avez bien suivi : Mélenchon nous ! En tout cas la roue tourne, les jeux sont ouverts. Nous on choisit l'hiver pour faire notre bazar : les arts de la rue en salle, c'est pour bientôt, on vous en cause ici ! Allez mes gaillards, mes gaillardes, perdons pas le nord, l'avenir est au sud, nom d'une pipe Bermude !

Le général Fantoche.

Transhumance hivernale

vendredi, 02 décembre 2016

Transhumance hivernale

C’est en mouvement que nous finirons l’année!

Les structures, les indépendants et les salariés du Bazarnaom échangent leurs espaces de travail, descendent les étages, déplacent les murs. La radio a étendu sa fréquence hertzienne, la Boutique s’agrandit et les magasins Outil man s’inscrivent sur un autre lieu partagé, plus adapté à la fabrication et à la construction…

Ce changement est une ouverture à l’altérité. Malgré la rudesse climatique de la saison, deux festivals bisannuels s’organisent pour février : Corps Matière et le Bazarnaom d’hiver 6 !

La frilosité provoque des frissons, des tremblements, de la sueur. On se camoufle, on se protège, on se replie, on se cache…
La frivolité est un bon remède pour soigner cet état insupportable !

Alors, n’ayons pas froid aux yeux, ni dans le dos, il n’y a rien à perdre que d’être tous en cœur, cheveux au vent. Enfilez les manteaux, sortez vos tisons, the show must go on !

Madam Cendres

Si notre horizon se résumait

vendredi, 18 novembre 2016

aux flashs sordides qui fusent sur la toile filante, le ciel ne serait qu’obscurci, amas glauque de l’humanité, armée de cyniques à col blanc et courte vue, putain de non-sens qui là ne fait pas sourire.
Parmi les vents cinglés et cinglants, s’il s’en trouve un qui puisse dévier rageusement la barbarie, ce sera le souffle de nos vies, de nos envies, de notre bazar vibrant, de nos ondes animées (92.3 FM). Et s’il nous en manque parfois, libre à nous d'en inspirer ensemble, de le raviver en toutes (petites) choses, sur nos scènes comme dans nos cuisines, malgré l’étouffement au sommet qui ferait passer notre vigie pour un pirate, pour de la mauvaise graine, quand elle est jungle luxuriante, herbe folle, foisonnante permaculture, champ des possibles.

On s’en sortirait au moins un peu Gandhi.

CC

Presque 30 ans après le discours du père Joseph Wresinski,

vendredi, 23 septembre 2016

fondateur d'ATD Quart-Monde, prononcé le 17 octobre 1987 au Trocadéro lors du rassemblement des défenseurs des Droits de l'Homme, ce texte résonne encore.
A l'heure des guéguerres politiciennes, des égos primaires et de la visée des présidentielles, il me semble que le bon slogan qui sous-tend toutes les actions, qu'elles appartiennent au social, au logement, à la santé, à la justice, à l'enseignement, à la culture, à l'immigration...c'est le Refus de la Misère. Il serait temps que les Hauts ouvrent les yeux et agissent vraiment.
Le 17 octobre 2016, à la Mairie de Caen, à 18h00, pour la Journée Mondiale contre la Misère, vous pourrez partager les actions des militants et professionnels d'ATD Quart-Monde.

Douce lecture.
Sylvia

"Millions et millions d’enfants, de femmes et de pères qui sont morts de misère et de faim, dont nous sommes les héritiers. Vous qui étiez des vivants, ce n’est pas votre mort que j’évoque aujourd’hui en ce Parvis des Libertés des Droits de l’Homme et du Citoyen, C’est de votre vie dont je témoigne.
Je témoigne de vous, mères dont les enfants condamnés à la misère sont de trop en ce monde.
Je témoigne de vos enfants tordus par les douleurs de la faim, n’ayant plus de sourire, voulant encore aimer.
Je témoigne de ces millions de jeunes qui, sans raison de croire, ni d’exister, cherchent en vain un avenir en ce monde insensé.
Je témoigne de vous, pauvres de tous les temps, et encore d’aujourd’hui, happés par les chemins, fuyant de lieux en lieux, méprisés et honnis.
Travailleurs sans métier, écrasés en tout temps par le labeur. Travailleurs dont les mains, en ces jours, ne servent plus à rien.
Millions d’hommes, de femmes et d’enfants, dont les cœurs à grands coups battent encore pour lutter. Dont l’esprit se révolte contre l’injuste sort qui leur fut imposé. Dont le courage exige le droit à l’inestimable dignité.
Je témoigne de vous, enfants, femmes et hommes qui ne voulez pas maudire, mais aimer et prier, travailler et vous unir, pour que naisse une terre solidaire. Une terre, notre terre, où tout homme aurait mis le meilleur de lui-même avant que de mourir.
Je témoigne de vous, hommes, femmes et enfants dont le renom est désormais gravé par le cœur, la main et l’outil sur le marbre de ce Parvis des Libertés. Je témoigne de vous pour que les hommes enfin, tiennent raison de l’homme et refusent à jamais de la misère la fatalité." Père Wresinski.

Qui l'eut cru ?

vendredi, 01 juillet 2016

Qui l'eut cru ?

Qu'on était déjà en juillet,
Que c'est l'été !
Que l’État d'urgence serait aussi longtemps prolongé, mais qu'il y aurait encore autant de personnes mobilisées contre la Loi Travail,
Que le MEDEF allait se prendre une dégelée par une poignée de précaires et d'intermittents !
Que les " casseurs " ne sont pas ceux qu'on pensait, et que les Fan Zone nous l'ont démontré …
Oh là là là là...comme le temps passe vite ! Mais prudence parce qu'on court, on court et BIM, le mur !
Alors voilà je te propose un petit rien, juste là, un souffle, une pause.
Un espace pour se laisser de la place,
Une respiration pour ne pas finir en apnée,
Un instant de répit qu'il faut savoir parfois s'autoriser...

Ahhhhhhh bah là ça va mieux déjà !
Encore un peu, c'est tellement bon...

Voilà !
Si tu as encore besoin de respirer un peu, c'est le moment de s'évader ! En mode rando-montagne ou échouage sur la plage avec un bon bouquin comme copain... Et si tu en as marre du tour de France et des parties de foot, t'inquiètes, suffit de sortir il y a pleins de spectacles vivants, de musique et de festivals de rue ! Alors on se retrouve quand tu auras fais le plein de Vitamine D ! Et n'oublies pas cet été, pour toi, c'est le BONHEUR AU MAXIMUM !

Pauline

Hé ! Oh ! Hein ! Bon !

mercredi, 01 juin 2016

Photos Anthony Ceccarelli - Bon week-end
Hé ! Oh ! Hein ! Bon !
Photos Anthony Ceccarelli - Bon week-end

Hé ho! Hé ho bien sûr ce n'est peut-être pas la plus choquante de leurs trouvailles, mais là ça prouve la fin d'un minimum de respect .
Enfin, c'est à l'image du reste et de l'ensemble de ces personnages RESPONSABLES et dédaigneux toutes tendances confondues il faut pouvoir l'imaginer...
Bref. Coquillage et crustacés,la la la... Tous dans le même " panier " la la la... Celui de leurs intérêts alors qu'il est possible de partager la la la...
En parlant de " panier ", le notre à bien été secoué, il est tant de penser à se refaire la cerise (tiens d’ailleurs le temps des cerises ce n'est pas pour bientôt), à bicyclette sur les bords de l'Orne ou bien des gros câlins dans les champs de blé (perso ça gratte, mais bon) alangui sous le soleil humm... Là je m’emballe ce n’est pas encore les vacances, oui franchement secoué le panier.
Pour autant vigilance,vigilance c'est quand on a le dos tourné que paf… C'est voté .

Et pour finir sans transition.

Quand nous chanterons le temps des cerises,
Et gai rossignol,et merle moqueur
Seront tous en fête
Les belles auront la folie en tête
Et les amoureux,du soleil au cœur !
Quand nous chanterons le temps des cerises,
Sifflera bien mieux le merle moqueur !
(Jean-Baptiste Clément 1866)

Bien à vous

Mama Béa

Soyez méchants !

dimanche, 01 mai 2016

Photos MARU
Soyez méchants !
Photos MARU

N'ayant ni le cœur, ni la tête à écrire moi-même l'Édito du mois de mai, je vous offre des mots de Tahar Ben Jelloun, ce poète que j'emporte dans mes valises depuis tant d'années :

"Soyez méchants !
Le monde vous aimera
La justice sera clémente
Vous serez célébrés par les hommes
La vie nous donnera du temps
Elle sera large longue généreuse
La maladie vous épargnera
Et la perversité vous animera
De tous ses possibles
De tous ses faux clandestins.
Soyez cruels !
Personne ne vous résistera
Vous serez rois
Assis sur le trône de l’obscénité
Et on vous baisera les pieds
Vous aurez tout
Les richesses et le pouvoir
L’or et l’argent
L’huile et le miel
La grandeur et le charisme
Vous aurez tout
Tout sauf l’estime du pauvre
Qui ne demande rien."

Merci Tahar Ben Jelloun.
Merci à tous ceux qui ouvrent les yeux, qui ne se taisent pas, qui ne courbent pas l'échine, qui ne se couchent pas et qui croient à une société plus juste et respectueuse de tous.

Sylvia