L'edito

À peine revenus sur terre,

nous éprouvons tous le besoin de dégainer un gros merci ! à tout ceux qui ont apporté leur contribution au Bazarnaom d'Hiver 2017.

Alors que nombre d’événements disparaissent ou s'affaiblissent, il est réconfortant de constater que nôtre festival de rue en hiver réunit de plus en plus de public et de bénévoles.

De l'intérieur, sachez-le, le Bazarnaom d'Hiver est le contraire d'une souffrance ou d'une contrainte. Il s'agit d'une aventure humaine stimulante et positive qui réunit certes, des professionnels du spectacle, mais aussi des gens de tous poils venus apporter bénévolement leur soutien indispensable au bon déroulement de ce lâchage collectif.

Le ministère de la culture ne comprend rien à ce type de démarche mais les autres collectivités territoriales semblent reconnaître l'importance de ce rendez-vous, puisqu'ils ont cette année augmenté leur aide financière.

Voir des artistes ravis et fiers de se produire au Manège de la Guérinière pendant deux soirées est nôtre plus belle récompense.
Contempler l'émerveillement sur le visage des Caennais découvrant un nouvel espace de diffusion artistique est nôtre plus grande motivation.

Au diable l'austérité, vive la dérision et la légèreté.
À dans deux ans.

Manu Constant

Please prove you are human!