L'edito

Ayé, c’est l’été !

Les terrasses, le soleil, les lunettes noires ou fumées, et tournée générale de crème scolaire !
Les cours d’école se sont tues, les merles et moineaux ont repris leur territoire pour deux mois. Les oisillons en culottes courtes sont sur le chemin des parcs et des plages. Les grands-parents bossent à plein temps pour s’occuper de la marmaille.
Dans les burlingues, ça étouffe déjà à cause de la clim’ qui bégaye, c’est le sauna, ça transpire sur la souris, ça suinte sur l’écran, ça gouttelette sur le clavier. Vivement la fin du mois, la fin du calvaire, la fin de la fin...
Pour d’autres, ce n’est que le début : ici, ça usine en cuisine, ça court entre les tables de la salle à la terrasse. Là, ça installe des gradins, des ponts lumière, ça teste la sono du prochain méga-concert, ça traverse le pays en long en large et en traveller pour présenter son ouvrage de l’année, sur scène ou à même le macadam. Les saltimbanques sont en tournée !
Une pensée aussi pour celles qui saisonnent sous le cagnard cévenole pour ramasser les oignons (AOC, s’il vous pliz!), ceux qui se protègent de la canicule provençale en cueillant les abricots, ou celles qui cherchent un abri côtier entre deux marées d’huîtres ou de moules manchotes.
Pendant ce temps, y’en a qui espèrent, qui errent ou se terrent. Garder un toit, ou moins jusqu’à la rentrée, garder un abri à défaut d’obtenir des papiers. Rester rue du marais, éviter le marasme, et remercier la solidarité.
Nous, au Bazarnaom, on espère aussi te revoir en septembre, frais ou reposé ou pas, mais avec l’envie de croquer à pleines dents cette saison qui s’annonce riche et chargée.
Bel été à touts.
A très vite
YO
Please prove you are human!