L'actu du Bazarnaom

LUTTONS POUR DES JOURS HEUREUX !

LUTTONS POUR DES JOURS HEUREUX !
Lundi 25 mai 2020, la KIC-CIP a finalisé une grande fresque sur un mur du presque déjà « ancien » Bazarnaom (65 rue des Rosiers à Caen). Le but de cette action ? Montrer à toutes et tous la menace de grande précarité qui plane sur des millions de personnes. Peser pour que des mesures concrètes d'urgence sociale soient prises. Mobiliser l’ensemble des concerné-e-s.
Aujourd'hui nous affichons nos visages sur un mur.
Nous, parmi les millions de personnes à statut précaire. Nous qui passons de CDD en intérim, de CDDU en CDII ou en CDI à temps partiel subi ; nous les non-salarié-e-s, les indépendant-e-s, les auto-entrepreneur-se-s… les chômeur-se-s de longue durée, les chômeur-se-s non indemnisé-e-s. Nous, parmi les 2 millions de foyers au RSA… Nous, les oublié-e-s de la crise, celles et ceux qui n’entrent pas dans les dispositifs de chômage partiel ou qui vivent de minimas sociaux insuffisants.
Nous luttons pour ne pas mourir !
Demain, nous retrouverons la rue, pour construire les jours d'après.
Parce qu’aujourd’hui rien n’est fait ou si peu, nous leur disons : revenu de remplacement pour tous-tes les intermittent-e-s de l’emploi. Un revenu digne pour toutes et tous. Revenu minimum inconditionnel attaché à la personne… 
Le gouvernement nous répond : aumône « exceptionnelle » (entendez unique) de 150€ pour les ménages allocataires du RSA et des minimas sociaux, promesse très insuffisante* de prolongation des droits jusqu’en août 2021 pour les intermittent-e-s du spectacle et... rien pour tous les autres !!! Alors…
Luttons pour des jours heureux :
Dans l’immédiat : renouvellement systématique de l’ensemble des droits des chômeur-se-s inscrit-e-s à Pôle Emploi, ouverture de droits à une indemnisation permettant de vivre à l’ensemble des personnes en emploi discontinu ou sans emploi, abrogation de la réforme d’assurance chômage, aucun revenu sous le seuil de pauvreté (1 041 €).
Dès demain : des droits attachés a la personne pour une sécurité de revenu inconditionnelle au-delà du seuil de pauvreté, une sécurité sociale intégrale financée à 100% par les cotisations et gérée par les travailleur-se-s.
Tout le monde peut participer et continuer cette action :
> envoyez une photo (en format portrait) : vous-même tenant une feuille avec votre prénom, votre situation et un mot ou slogan de votre choix, et le #LPPM à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour parution de la photo sur la page #LPPM et/ou à Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. pour affichage dans des lieux publics.
> en affichant vous-même ces portraits partout où cela est possible (vitrines extérieures, théâtres, bars, hôtels…).
Heures perdues ne se rattrapent plus…
Avec l’annulation des contrats due à la gestion sanitaire, l’une des conséquences directes pour la plupart des membres du collectif Bazarnaom est le volume d’heures de travail perdues, qui auraient dû être rémunérées… Pour exemple, voici le global d’heures perdues seulement de mi-mars à fin juin : 9 676 heures ! A celui-ci s’ajouteront les heures dues aux annulations de juillet et d’août, et beaucoup d’incertitude pour les mois suivants... Une catastrophe pour les artistes, les technicien-ne-s et les compagnies qui perdent ainsi leurs revenus et l’occasion de montrer leur travail, donc la possibilité de le promouvoir pour l’année suivante.
 
* Une prolongation des indemnisations de quelques mois jusqu'en août 2021, ne résoudra pas le problème d'une année avec déjà 6 mois d'activité au ralenti. Durant toute cette période, il faut permettre le renouvellement sur douze mois.
Please prove you are human!